FRANÇOIS BURLAND

Aborder la production artistique de François Burland par le prisme de la migration permet l’émergence, presque instantanée et évidente, du fait que ses oeuvres sont le lieu de rencontres, de confrontations, parfois sarcastiques et non dénuées d’humour, à la croisée de chemins souvent improbables. Qu’il s’agisse de traditionnelles poyas gruériennes brodées en Algérie, de chars, de fusées et de sous-marin à l’abondante et percutante symbolique soviétique, l’univers de l’artiste permet l’alliance de mondes, ou réalités, au premier abord opposés.

 

Sophie Vantieghem — Historienne de l’art

esf.ch/burland

© by ARTUNG! | artung@artung.ch